Événements récents et à venir

Malgré la fermeture du lycée aux élèves, la continuité pédagogique est assurée du mieux possible par le personnel enseignant, administratif et éducatif du lycée : Merci à chacun pour son implication et son investissement afin que ce temps scolaire particulier soit efficace.

Bon courage à tous pour cette période de confinement !

Don à l’hôpital dans la lutte contre le COVID 19

Publié dans Actualités

Covid19Par solidarité avec le personnel soignant actuellement en première ligne sur le front du combat contre le virus COVID19, le lycée Pontarcher fait don de divers matériels de protection à l’hôpital de Vesoul.

Vendredi 20 mars, ont été acheminés : 300 charlottes, 400 masques simples, 300 tabliers jetables, et 78 kits visiteurs jetables (chaque kit omprenant sur-chaussures, blouse, masque et charlotte).

Aujourd’hui, mercredi 25 mars : 200 masques, 200 charlottes, 300 tabliers jetables, 300 gants jetables… seront également donnés. Toutes ces protections jetables sont habituellement en stock pour le fonctionnement des cuisines pédagogiques. Jacqueline PETREMENT, directrice déléguée aux formations professionnelles et technologiques, s’est chargée de réunir ce matériel pour le mettre à disposition des soignants et Isabelle PLEIGNET, infirmière dans l’établissement, s'occupe du relai et du dépôt à l’hôpital : un geste d’entraide utile en cette période de pic épidémique.

" Ce que l'on apprend au milieu des fléaux, c'est qu'il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser " Albert Camus, La peste,1947

Une nouvelle fresque pour le forum du lycée !

Publié dans Actualités

FresqueBJuste avant le confinement, dans la semaine du 9 au 13 mars, le graffeur Nesta était en résidence d’artiste dans notre établissement, dans le cadre d’un projet d’éducation arti-stique et culturelle piloté par Amandine Lantiez, assistante d’éducation. Retour en images sur cet événement !

L’artiste

Nesta1Nesta, de son vrai nom Thibault Hermann, est un artiste peintre grenoblois né en 1976. Autodidacte, il a découvert le graffiti très jeune et s’est formé à l’école de la rue. Désormais, il pratique aussi son art urbain en atelier, principalement à la bombe aérosol et à l’acry-lique. Il a développé des techniques et thématiques picturales personnelles qu’il a fait découvrir à nos élèves pendant sa résidence.

Le projet

  • AT01
  • AT02
  • AT03
  • AT04
  • AT05
  • AT06
  • AT07
  • AT08
  • AT09
  • AT10
  • AT11
  • AT12
  • AT13
  • AT14
  • AT15
  • AT16
  • AT17
  • AT18
  • AT19
  • AT20
  • AT21
Ce projet de résidence, financé par l’Action culturelle du Rectorat, la Région (EVEIL), la DRAC et sur les fonds du lycée et de la Maison des Lycéens, s’est construit en partenariat avec l’ECAU, une association vésulienne dont l’objectif est le soutien aux artistes contemporains et leur rencontre avec le public, y compris scolaire. Sa fondatrice, Marjorie Szymanski et son assistante en service civique, Charline, ont accueilli les élèves impliqués dans le projet sur les deux sites de l'Espace Contemporain d’Art Urbain : dans la galerie d’art (rue Gevrey) et dans l’atelier du Grand Grésil.

Une fresque inspirée par des motifs végétaux

 
  • Fresque00
  • Fresque01
  • Fresque02
  • Fresque03
  • Fresque04
  • Fresque05
  • Fresque07
  • Fresque08
  • Fresque09
  • Fresque10
  • Fresque11
  • Fresque12
  • Fresque13
  • Fresque14
  • Fresque15

FresqueAOutre la réalisation d’une fresque dans le forum du lycée, l’artiste avait pour objectif de faire découvrir son univers aux élèves et de les accompagner dans un processus de création « à sa manière ». Cela sup-posait de s’immerger d’abord dans ses motifs vé-gétaux, sorte de lexique graphique qu’il utilise sur ses toiles dans une recherche d’équilibre entre couleurs et support. Ces végétaux n’ont pas vocation orne-mentale, ce sont des motifs qui marquent le temps qui passe, des espèces de mauvaises herbes mêlées de formes organiques (pollen ? virus ?). « Je n’aime pas quand une image est trop facilement lisible. Cela ne doit pas être seulement joli » précise Nesta.

 
  • univ01
  • univ02
  • univ03
  • univ04
  • univ05
  • univ06

Si le bleu et le vert dominent dans la base chromatique de ses œuvres, le rouge y marque aussi un rythme : « je viens du graffiti, j’aime quand ça claque ! ». Cet artiste qui peint vite et grand depuis 25 ans est désormais reconnu et vit de ses productions : il vend dans les festivals d’art urbain, dans son atelier, en ligne. Outre la fresque, deux diptyques réalisés pendant la semaine resteront sur Vesoul : l’un sera propriété du lycée, l’autre intégrera le fond d’œuvre de l’ECAU et sera amené à voyager dans d’autres établissements.

Elèves artistes

 
  • Atelier01
  • Atelier02
  • Atelier03
  • Atelier04
  • Atelier05
  • Atelier06
  • Atelier07
  • Atelier08
 

Pendant la semaine, 12 élèves ont eu la chance de pratiquer l’art de Nesta à ses côtés. Comme lui, ils ont utilisé aérosols et feutres d’acrylique noire sur leurs toiles où avaient été préalablement réalisés des croquis au crayon. Sylvie Peccolo, enseignante d’arts appliqués a également participé à ces ateliers du mercredi : les oeuvres ainsi produites seront exposées dans l’établissement aux regards de tous ! Vivement le plaisir de cette exposition, d’autant que le vernissage et l’inauguration de la fresque ont du être annulés in extremis, puisque prévus le dernier jour de cours, le vendredi 13 mars dernier !

 

Tous les diaporamas peuvent être agrandis en cliquant sur les photos

Liens :

Journée Egalité Filles / Garçons

Publié dans Actualités

SimoneA1Ce mardi 10 mars, une centaine d’élèves ont bénéficié d’une demi-journée banalisée consacrée à la question du statut de la femme dans la société dans le contexte de la Journée internationale des droits des femmes. Ce temps fort était organisé par Sandrine Jacquinot, référente égalité filles / garçons dans l’établissement.

SimoneA5L’après-midi a été inau-guré par une conférence-Spectacle Les Simone proposée par la compagnie Va savoir Pourquoi composée de 3 comédiennes : Lilia Abaoub, Daphné Amouroux et Sandrine Bouvet, également auteure et metteuse en scène de cette pièce. Les élèves de 2MRC1, 1ASSP, 1COM et d’UPE2A ont eu la chance d’assister à cette représentation.

Humour et gravité mêlés

SimoneA6SimonePublicCette pièce aborde des questions graves telles que l’excision, les vio-lences faites aux femmes, le féminicide, le genre et la domination masculine de manière décalée, drôle et parfois clownesque. L'idée étant néanmoins d'inviter les élèves à dépasser le premier degré pour prendre conscience des stéréotypes et des préjugés sur lesquels se fondent encore trop souvent les fonctionnements sociaux, au travail, à la maison ou dans le couple.

SimoneA4SimoneA2Cette représentation, qui ne fait pas l’économie de citer de grands noms tels que Simone de Beauvoir ou Bourdieu et de se référer à des ouvrages de références, se prolonge ensuite par un échange avec la metteuse en scène qui explique ses intentions, sa démarche et sa volonté de dénoncer l’inégalité de traitement femmes / hommes, mais aussi d’encourager un mouvement de libération chez les filles encore trop peu conscientes parfois des carcans qui s’imposent à elles.

Des ateliers pour aller plus loin encore dans la réflexion

Après ce moment riche, les élèves ont été partagés en différents groupes pour participer à des ateliers tournants sur la suite de l’après-midi : un atelier de débat mouvant basé sur le jeu de la ligne, proposé au CDI et un atelier « Quizz et égalité en scène » animé par Mama Belhenini, intervenante de l’antenne bisontine de l’Association FETE (Femme Egalité Emploi). Les objectifs poursuivis par ces ateliers étant de donner des repères chiffrés sur la place accordée aux femmes dans le monde actuel (contexte social, du travail et domestique), mais aussi de prendre conscience des freins et préjugés qui compliquent l’évolution vers plus d’égalité.

L’occasion aussi de montrer aux élèves que la situation n’est pas figée, que des leviers existent et qu’il serait dommage d’en rester à une posture fataliste : agir pour plus d’égalité, c’est possible !

Cliquer sur les diapositives pour en augmenter la taille :

 
  • SimD01
  • SimD02
  • SimD03
  • SimD04
  • SimD06
  • SimD07
  • SimD08
  • SimD09
  • SimD10
  • SimD11
  • SimD12
  • SimD13
  • SimD14
  • SimD15
  • SimD16
  • SimD17
  • SimD18
  • SimD19
  • SimD20
  • SimD21
  • SimD22
  • SimD23
  • SimD24
  • SimD25
 

Liens :

Le Lycée Pontarcher en quelques mots

pourquoiLe lycée professionnel Pontarcher est un établissement d'enseignement professionnel dans les métiers de l'hôtellerie et des services. Il compte environ 500 élèves, originaires de toute la Haute-Saône et des départements limitrophes. Ouvert en 1972, l'établissement est situé à l'est de la ville de Vesoul, et bénéficie d'un environnement aéré et agréable.

Bien identifié dans le département pour sa carte de formation, le lycée s'affirme entre son passé et ses ambitieux projets. La construction, par la Région, d'un pôle hôtelier spacieux, moderne et fonctionnel, s'inscrit dans la continuité des aménagements.

Pourquoi Pontarcher ? L'origine du mot remonte au XIIème siècle. A cette époque, il y avait à proximité un moulin à côté d'un pont avec des arches... Pont avec des arches... Pontarcher.