Intervention d’éducation à la santé en TASSP

Publié dans La vie des classes en ASSP

ArticleEE3Ce jeudi 13 février, des élèves de Ter-minale Accompagnement, Soins et Services à la Personne ont mené des interventions au sein d’autres classes du lycée pour les sensibiliser à des thématiques de prévention.

Cette activité, organisée par leur enseignante Malika Achouche, s’intègre dans leur formation professionnelle : le dossier E33 consistant à réaliser un projet d’éducation à la santé devant déboucher sur une animation auprès d’un public ciblé. D'autres groupes interviendront auprès d’enfants plus jeunes (en garderie, en crèche, en accueil périscolaire ou en école maternelle et primaire, ainsi qu'en collège). Aujourd’hui, ce sont les classes de TCAP, 2BPR2, 1BPR1 et 1BPR2 qui ont bénéficié de ces animations.

Des interventions bien préparées

ArticleEE2En amont, de nombreuses heures de préparation ont eu lieu (recherches documentaires au CDI, enquêtes préalables, réalisation de divers supports pédagogiques…). Ces intervention étaient évaluées (qualité de la communication, écoute et interaction avec le public, capacité d’étayage et d’argumentation du propos…).

Une posture professionnelle à adapter

ArticleEEUn exercice impliquant l’appropriation d’une at-titude professionnelle, pas toujours facile devant des pairs ! Un exercice formateur également, car c’est en le vivant qu’on se rend compte de la difficulté parfois à ne pas lire son diaporama, à regarder son auditoire, à rebondir sur une remarque ou une question dans la salle.

Les ateliers qui portaient sur le harcèlement scolaire, la contraception, les infections sexuellement transmissibles, le cannabis, l’alcool et la prévention routière semblent avoir intéressé les élèves qui ont écouté attentivement ces interventions vivantes, intégrant divers supports tels que petits films, diaporama ou quizz.

 
  • EE01
  • EE02
  • EE03
  • EE04
  • EE05
  • EE06
  • EE07
  • EE08
  • EE09
 

Journée Sécurité routière

Publié dans Actualités

Alcool1Ce lundi 10 février, tous les élèves de Terminale bénéficient d’une journée entièrement consa-crée à la sécurité routière grâce à la présence de nombreux intervenants départementaux venus à leur rencontre.

De 8h00 à 17h30, 7 ateliers d’une heure sont proposés pour chaque groupe d’élèves afin de les sensibiliser de manière vivante et concrète aux risques de la route, aggravés par des conduites à risque dont les élèves ne mesurent pas toujours l’importatribunalnce.

Tribunal2 Ces ateliers, menés par des intervenants départementaux Sécurité Routière, ont pour vocation de leur apporter des données et informations sur l’impact de certaines substances (alcool, stupéfiants…) sur leurs comportements et sur leur organisme (champ de vision, reflexe, durée de réaction…). Ils les interpellent aussi sur les conséquences possiblement dramatiques d’un accident (Tribunal pas banal, films…), sur leurs Stup2responsa-bilités sur la route et les moyens de prévenir et limiter les dangers, pour eux et leur entourage, en évoquant avec eux des situations vécues (sortie de boîte de nuit, binge-drinking…). Divers té-moignages leur sont com-muniqués à cet effet.

Amphi1Ces animations ont été organisées et pilotées par Magali RIETZ (chargée de la sécurité routière en Préfecture) et Jacqueline PETREMENT,  DDFPT au lycée.Amphi2

Les ateliers proposés :

  • L'alcool au volant, animé par Clotilde MORIN et Daniel QUINTERNET
  • Les stupéfiants, animé par François GRANDJEAN, Référent Police
  • Tribunal pas banal, animé par Dominique TURLIN et Sylviane FERRAND
  • film Jeudi soir 20h45, présenté par Nathalie DEBIN
  • Peugeot Sport, animé par Tatiana CARTERON, Jean-Philippe WRONSKI et Bernard WALTER
  • film  L'insoutenable, présenté par Bruno VUILLMARD et Alice ZAPATA
  • Atelier final : témoignage, partage d'expérience et conclusion, par Morgan LANCE et Magali RIETZ

Résidence théâtrale

Publié dans Actualités

Bovary2Depuis deux semaines, la classe de Terminale Vente Accueil participe à une résidence d’artiste à l’Espace Villon avec le Collectif 7’ de Dijon.

Cet événement s’inscrit dans leur Projet d’éducation artistique et culturelle et s’in-tègre dans leur Programme de terminale de français. Leur professeur, Nicolas Demortier, a privilégié l’approche par le jeu théâtral et le contact avec des professionnels pour aborder l’objet d’étude « La parole en spectacle ».

Bovary3Ce dispositif culturel co-financé par la Région, l’Action culturelle du Rectorat (DAAC) et le lycée Pontarcher a également concerné une classe du lycée Belin et rayonné sur d’autres classes de ces deux établissements.

La rencontre avec une œuvre littéraire

Bovary5Bovary4Cette résidence d’artistes a consisté à réfléchir avec la compagnie aux mises en scène possibles de la pièce Bovary de Tiago Rodrigues, dont les élèves avaient découvert le texte au préalable dans leur cours de français. Cette pièce s’inspire du réquisitoire et de la plaidoirie lors du procès fait à Flaubert en 1857 après la publication de Madame Bovary.

Les élèves ont donc travaillé avec la metteuse en scène Elisabeth Barbazin, la scénographe et les comédiens engagés dans le projet, au sein du lycée pour une première rencontre, puis à l’Espace Villon.

Sur la scène, ils se sont mis tour à tour dans la peau de Flaubert, d’Emma et de Charles Bovary, ainsi que des différents protagonistes de lBovary1a pièce, en particulier de Pinard pour l’accusation et de Sénard pour la défense.

Quelle mise en scène ?

Le travail a débuté par la confrontation des représentations des élèves sur le personnage d’Emma Bovary pour les faire évoluer vers une réflexion en lien avec leur propre parcours et leur désir de « se réaliser ». Cette démarche a permis d’impliquer les élèves et de s’interroger sur « leur rapport au monde » par le contact sensible avec les auteurs et leurs œuvres.

Bovary6Les élèves ont été sollicités par les comédiens à plusieurs étapes de leur travail, en les interrogeant et les mettant en situation de jeu sur le plateau, par rapport à des problématiques de mise en scène.

Une restitution permettra d’apprécier l’ensemble des évolutions qu’aura permis cette résidence, le vendredi 7 février.

Cette aventure humaine laissera sans aucun doute des traces enrichissantes pour chacun !

Café débat au CDI

Publié dans La vie du CDI

Caf dbatMardi 11 février, les élèves sont conviés au CDI pour participer à un débat sur un sujet de société, autour d'un verre de jus de fruit ou d'un café.

Chacun sera libre de s'exprimer : ce moment de convivialité se fera dans l'écoute, l'échange et la bienveillance, autour de thématiques choisies avec les élèves.

Aurélien Brulois, CPE,  et Anne-Marie Dupré, documentaliste, vous attendent nombreux et enthousiastes, entre 12h et 12h45 !

Le Lycée Pontarcher en quelques mots

pourquoiLe lycée professionnel Pontarcher est un établissement d'enseignement professionnel dans les métiers de l'hôtellerie et des services. Il compte environ 500 élèves, originaires de toute la Haute-Saône et des départements limitrophes. Ouvert en 1972, l'établissement est situé à l'est de la ville de Vesoul, et bénéficie d'un environnement aéré et agréable.

Bien identifié dans le département pour sa carte de formation, le lycée s'affirme entre son passé et ses ambitieux projets. La construction, par la Région, d'un pôle hôtelier spacieux, moderne et fonctionnel, s'inscrit dans la continuité des aménagements.

Pourquoi Pontarcher ? L'origine du mot remonte au XIIème siècle. A cette époque, il y avait à proximité un moulin à côté d'un pont avec des arches... Pont avec des arches... Pontarcher.