Articles

Musiques actuelles : premier atelier !

LucieJos1Ce jeudi 30 janvier, les élèves de Première ASSP ont bénéficié d’un atelier de 4 heures autour des musiques actuelles au CDI, grâce à l’intervention de José Shungu, chanteur, et de Lucie Mathey, coordonatrice et organisatrice du dispositif académique Musiques Actuelles au lycée au sein des Jeunesses Musicales de France.

Deux classes de l’établissement participent à cette action d’ouverture culturelle qui concerne cette année 24 classes de la Classe2Région Bourgogne Franche-Comté. Les élèves de 1ASSP et de 1COM ont été inscrits par leurs enseignantes Mesdames Racine et Benincasa. La classe de 1COM aura la chance d’expérimenter ce même atelier vendredi 7 février.

José Shungu est un chanteur habitué à divers publics : son intervention captive d’emblée les élèves qui, dans un premier temps, doivent trouver des adjectifs les caractérisant, commençant par chaque lettre composant leurs prénoms (acrostiche) : une manière originale de se présenter à lui et de prendre la parole devant tous !

Classe1Des objectifs ambitieux

Les objectifs de la matinée sont pluriels : non seulement présenter de manière vivante, par la projection de vidéo et l’écoute d’extraits musicaux, l’historique du hip hop, mais aussi réfléchir sur ses thématiques et caractéristiques de fond et de forme. Les élèves devant se lancer ensuite dans l’écriture et la diction de textes écrits par eux sur des problématiques qui les touchent.

JosUne méthodologie solide

Par un brainstorming, le hip hop est d’abord contextualisé dans ses origines afro-américaines (work song, block party dans les quartiers du Bronx, soul music…) et dans son ancrage dans une époque marquée par la ségrégation raciale. Le discours I have a dream de Martin Luther King est écouté et en découle une réflexion sur l’importance des outils à maîtriser pour écrire et se faire entendre de manière éloquente et percutante. Le rap découle ainsi du mouvement Black Power, mais aussi du mouvement pacifiste Zulu-Nation fondé par Afrika Bambaataa, ayant pour mot d’ordre «peace, love, unity and havin’fun ».MA1

Après l’écoute de quelques morceaux emblématiques (James Brown, MC Solar, I Am), José invite les élèves à évoquer les sujets qui les touchent ou les révoltent et les combats qui leur tiennent à cœur aujourd’hui. Viennent en tête les violences faites aux femmes (17 élèves sur 30), le harcèlement (10) et la cause animale (9), l’environnement (5) mais aussi l’égalité filles garçons, le racisme, l’islamophobie, l’homophobie, les conflits et les guerres.

MA2A partir de ces thématiques, les élèves sont invités à se constituer en groupes et à relever, autour de chaque table et pour chacun de ces sujets : les constats, les conséquences et les solutions associées.

Une illustration vivante

Une démonstration du travail de mise en mot attendu est ensuite brillamment improvisée de manière slamée par José Shungu. AprAtelier1ès avoir été applaudi par les élèves impressionnés, José évoque les leviers pour passer d’une écriture purement informative à une écriture de type Rap. Ces leviers reposent sur l’expression d’émotions, des techniques d’écriture poétique (rimes, images Atelier2sonores, versifica-tion…), des procé-dés littéraires (ac-cumulation, répéti-tions, anaphore, hyperbole, allégories, comparaison, métaphore, hypallage…), la recherche d’une rythmique. L’objectif final étant l’évocation de leurs rêves (solutions imaginées et souhaitées aux problématiques qui les touchent) de la manière de la plus riche possible, nourrie de toutes ces techniques d’expression illustrées pas à pas : une manière concrète de réinvestir et d’incarner des notions abordées en cours, mais de façon souvent plus abstraite et théorique. Même les profs apprennent un mot ce jour (hypallage*) !

ClasseAtelierAu fil de la matinée, le CDI se transforme en ruche bruyante et joyeuse : les groupes sont plus ou moins inspirés, mais tous se lancent avec énergie et enthousiasme dans l’activité, coachés par un José dynamique et volubile, distillant de nombreux conseils, rappelant les consignes et encourageant les élèves, entièrement mobilisés.

Enfin les élèves se lèvent et s’installent en rond pour se mouvoir dans l’espace, à l’invite de José qui leur demande d’adopter un mouvement collectif, silencieux et rythmé. Une espèce de chorégraphie marchée à l’unisson, pleine de pulsation et d’attention, s’accompagnant de claquement de main.

Mise en mouvement et en voix

CercleAprès cet exercice en silence, l’exercice est prolongé en musique, sur un morceau instrumental de Dr Dre (Still Dre Instrumental). Puis des mots rimés sont introduits sur certains pas, chaque élève devant en prononcer un sur l’avancée du pied droit : ton, conviction, diction et volume sont attendus ! Exercice de coordination peu simple, mais qui se complique encore : chaque texte écrit au sein des ateliers d’écriture vient se dire au sein du cercle mouvant, en rythme dansant !

Danse2L’atelier, intense, s’achève sur ces mots de José : « Vous avez tous bien travaillé, alors maintenant : applaudissez ! »

Un projet qui se prolongera…

Danse3Après ces 4 premières heures d’atelier mené dans la bonne humeur sur le thème « Le rythme, essence et signature d'une musique », un deuxième atelier de 2 heures avec le musicien Claudio Ibarra est programmé le 24 mars pour une mise en musique des textes écrits par les élèves.

Ensuite, une rencontre se tiendra avec un responsable d’Echo-System, notre Salle de musiques actuelles locale, avant que nous nous rendions à un concert sur place, à Scey sur Saône, à l’occasion d’une soirée de la programmation tout public : un projet d’envergure forcément inoubliable !

* L'hypallage est une figure de style et de rhétorique qui consiste en la construction de mots où deux termes sont liés syntaxiquement alors qu'on s'attendrait à voir l'un des deux rattaché àDanse1 un troisième.

Lire le compte-rendu de la séance par les JMF (Lucie Mathey)

    • MADiapo02
    • MADiapo03
    • MADiapo04
    • MADiapo05
    • MADiapo06
    • MADiapo07
    • MADiapo08
    • MADiapo09
    • MADiapo10
    • MADiapo11
    • MADiapo12
    • MADiapo13
    • MADiapo14
    • MADiapo15
    • MADiapo16
    • MADiapo17
    • MADiapo18
    • MADiapo19
    • MADiapo20
    • MADiapo21
    • MADiapo22
    • MADiapo23
    • MADiapo24
    • MADiapo25
    • MADiapo26
    • MADiapo27
    • MADiapo28
    • MADiapo29
    • MADiapo30
    • MADiapo31
    • MADiapo32
    • MADiapo33
    • MADiapo34
    • MADiapo35
    • MADiapo36
    • MADiapo37
    • MADiapo38
    • MADiapo39
    • MADiapo40
    • MADiapo41
    • MADiapo42
    • MADiapo43
    • MADiapo44
    • MADiapo45
    • MADiapo46
    • MADiapo47
    • MADiapo48
     

Le Lycée Pontarcher en quelques mots

pourquoiLe lycée professionnel Pontarcher est un établissement d'enseignement professionnel dans les métiers de l'hôtellerie et des services. Il compte environ 500 élèves, originaires de toute la Haute-Saône et des départements limitrophes. Ouvert en 1972, l'établissement est situé à l'est de la ville de Vesoul, et bénéficie d'un environnement aéré et agréable.

Bien identifié dans le département pour sa carte de formation, le lycée s'affirme entre son passé et ses ambitieux projets. La construction, par la Région, d'un pôle hôtelier spacieux, moderne et fonctionnel, s'inscrit dans la continuité des aménagements.

Pourquoi Pontarcher ? L'origine du mot remonte au XIIème siècle. A cette époque, il y avait à proximité un moulin à côté d'un pont avec des arches... Pont avec des arches... Pontarcher.