Vote pour le meilleur haïku

ConcoursHAIKUSLa semaine de la reprise a permis à chacun d’élire son ou ses haïku(s) préféré(s) parmi tous ceux écrits par les élèves de première, exposés dans le forum.

Les votes,ouverts jusqu’au vendredi 7 mai 2021, ont été réalisés par l'attribution de cœur(s) aux poèmes visibles sur ce mur virtuel !

A l’issue des votes, l’élève dont le haïku obtient le plus de cœurs reçoit le prix du public!

D’autres prix sont également décernés : un grand Prix spécial attribué par la direction du lycée, puis 6 prix pour un élève de chaque classe de première (prix décidé par les enseignants de français et la documentaliste).

Ribambelle de Haïkus pour le Printemps des poètes !

AffichePPCette année, les classes de première ont participé au Printemps des poètes en découvrant au CDI une forme de poésie née au japon au 17e siècle : le haïku ! Cette activité s’inscrivait également dans l’objet d’étude au programme de français "Créer, fabriquer : l’invention et l’imaginaire".

La découverte d’un style poétique

Citation0Les élèves ont d’abord découvert ce genre poétique caractérisé par IllustrationCONCEPTsa brièveté (composé de 3 vers de 5/7/5 syllabes, sauf en cas de traduction) dont l’auteur le plus célèbre est Matsuo Bashõ (1644-1695). Cette poésie d’une simplicité extrême consiste en une espèce de capture de l’instant présent dans ce qu’il a de singulier et d’éphémère, de permanence et d’impermanence. Après cette immersion en poésie, les élèves se sont lancés dans l’écriture !

Une inspiration riche !

Citation2L’inspiration n’a pas manqué, en lien avec la thématique de l’année (Le désir), les thèmes traditionnels des haïkus (les saisons, la nature, les sens en éveil) ou avec l’actualité parfois douloureuse (virus, confinement...).

Citation1Par leurs écrits les élèves ont bien saisi l’esprit du haïku, comme une photo ou un instantané, une peinture du fugace « ici et maintenant », de l’ordinaire saisi avec une extrême simplicité afin de restituer toute la poésie de l’émotion offerte aux sens.

Ces poèmes (près de 250 !) devaient être suspendus dans le forum et primés cette semaine… Le confinement reportant ces événements, la documentaliste vous propose de découvrir les haïkus des élèves sur un mur virtuel : bienvenue en poésie !

imagePADLET

C’est la semaine de la Presse et des Médias à l’Ecole !

SPEM2021AfficheDu 22 au 27 mars 2021, une semaine thématique essentielle se déroule chaque année au sein de l’Education nationale grâce au soutien du CLEMI (Centre pour l’Education aux Médias et à l’Information). Cette année, le thème S’informer pour comprendre le monde est le fil conducteur de cette Semaine de la Presse et des Médias à l’Ecole.

Des séances au CDISPM2021Balance

 

En lien avec l’objet d’étude au programme de Français « S’informer, Informer : les circuits de l’information », toutes les classes de seconde abordent actuellement au CDI les questions de la pluralité des pratiques informationnelles et de la fiabilité de l’information.

Débusquer les infox et théories du complot

SPEM2021BComment évaluer la validité d’une information, comment déjouer le piège des fake-news, quelles stratégies mettre en œuvre pour estimer la qualité d’une info ou repérer une infox ?

Autant de questions abordées par les élèves mis en activité de Fact checking (vérification des faits) au CDI… Histoire de mesurer à quel point le brouillage entre information, mésinformation et désinfor-mation est immense aujour-d’hui et combien l’esprit critique se doit d’être aiguisé, surtout quand les émotions (colère, peur…) prennent le dessus, comme en cette période de crise sanitaire éprouvante.

Clubs Manga et Mandala

AfficheClubMadala2020AfficheClubMangaRgulier2019La documentaliste a le plaisir d'informer les élèves que deux clubs vont se tenir régulièrement au CDI :

  • Club MANGA : les lundis de 12h45 à 13h30 à partir du 28 septembre
  • Club MANDALA : les jeudis de 12h45 à 13h30, à partir du 1er octobre

Ces moments se veulent des pauses de détente, d'échange et de partage : venez nombreux !

Covid-19 : infos et infox

InfoIntoxCovidEn ces temps troublés de pandémie Covid-19, notre rapport à l’information est particu-lièrement interrogé : c’est l’occasion de réfléchir à nos attitudes face à l’information et d’adopter des réflexes de citoyen éclairé.

Ce n’est pas la première fois que l’humanité doit faire face à une épidémie, mais c’est pourtant un moment historique d’une part du fait de la mondialisation qui accélère et aggrave la propagation du virus, d’autre part parce que jamais nous n’avons eu à notre disposition  autant de moyens technologiques, et notamment de moyens de communication et d’information : c’est à la fois rassurant et anxiogène.

Infox1Anxiogène si l’on écoute l’information en boucle, si on se laisse submerger par l’annonce du nombre de morts, si on se nourrit d’informations peu fiables qui embrouillent nos esprits et sèment le doute ou la colère.

Rassurant car cela nous permet de rester en lien avec nos proches et le monde, de se nourrir intellectuellement et de se détendre (vidéo, musique, jeux…) malgré le confinement.

Une situation inédite qui peut nous faire grandir

Ce moment vient donc rabattre les cartes de nos modes de vie et en particulier de notre rapport à l’information. Il nous permet de se (re)positionner et peut-être d’adopter une posture plus réfléchie : mesurer qu’il y a souvent brouillage entre information et communication, vérité et approximation, rumeur et scoop, connaissance et croyance. Les frontières sont ténues entre information, mesinformation et désinformation, surtout quand on mesure que la science et la médecine elles-mêmes sont des disciplines en mouvement et que les connaissances évoluent et se construisent.Infox3

Outre respecter quelques conseils de rigueur (croiser les sources, identifier leurs auteurs et leurs statuts, ne pas relayer des informations peu sourcées…), on peut aussi s’amuser à analyser les fake news qui fleurissent sur les réseaux sociaux, dès lors qu’on les a identifiées comme telles !

La documentaliste du lycée vous propose pour cela de consulter la rubrique Faisons le tri  du nouveau portail documentaire Esidoc, enrichi à votre intention dans ce contexte de confinement pédagogique, proposant d’une part des sites fiables sur le COVID-19, des décryptages d’intox et des conseils de prévention. Vous pouvez y accéder ici :EsidocCOVID2

Le Lycée Pontarcher en quelques mots

pourquoiLe lycée professionnel Pontarcher est un établissement d'enseignement professionnel dans les métiers de l'hôtellerie et des services. Il compte environ 500 élèves, originaires de toute la Haute-Saône et des départements limitrophes. Ouvert en 1972, l'établissement est situé à l'est de la ville de Vesoul, et bénéficie d'un environnement aéré et agréable.

Bien identifié dans le département pour sa carte de formation, le lycée s'affirme entre son passé et ses ambitieux projets. La construction, par la Région, d'un pôle hôtelier spacieux, moderne et fonctionnel, s'inscrit dans la continuité des aménagements.

Pourquoi Pontarcher ? L'origine du mot remonte au XIIème siècle. A cette époque, il y avait à proximité un moulin à côté d'un pont avec des arches... Pont avec des arches... Pontarcher.